Visite à l’Institut Jean Vigo à Perpignan

Toujours un sacré accueil lors de mes remplacements à Perpignan… Cette fois-ci, c’est un lieu culturel qui m’a offert un beau moment. Retour sur une expérience surprise, qui m’a enchantée.

L’Institut Jean Vigo fait parti du réseau de cinémathèque française. Dans le pays, on en compte une vingtaine, qui ont des profils et des intérêts différents. À l’occasion d’un passage dans la ville et d’une intervention pour France Bleu Roussillon, j’ai pu profiter d’une visite guidée et totalement imprévue.

Les visites de l’Institut Jean Vigo sont possibles lors des journées du patrimoine, mais également si vous en faites la demande suffisamment longtemps à l’avance.

Qu’est ce qu’une cinémathèque ?

Une cinémathèque est un lieu de conservation, d’éducation, mais également de revalorisation. Soutenu et géré entre autres, par le CNC ( centre national du cinéma), le conseil départemental des PO, la région Occitanie et la ville de Perpignan l’Institut Jean Vigo a plusieurs axes d’actions et de développements.

Le lieu se niche dans l’Arsenal, lieu de promotion des cultures populaires avec la Casa Musicale notamment. La cinémathèque restaure les anciens films, organise des temps d’échange et de rencontre dans les structures scolaires et permet également la conservation d’affiches, de périodiques sur le cinéma et autres objets précieux historiquement liés au cinéma. Lieu de projection également, l’Institut Jean Vigo propose 2 séances par semaine avec des thématiques ( cycle, cinéma jeune public…) mais également des festivals.

Que de missions donc pour ce lieu, malheureusement encore trop peu connu. J’espère qu’avec cet article, votre curiosité sera piquée. Les gens que j’ai pu rencontrer dans ce lieu sont tous passionnés… donc passionnants !

Une machine à voyager dans le temps…

J’ai eu la chance de découvrir la cinémathèque avec Julien Avet, chargé des collections films. En pratique, c’est lui qui répare et met en valeur les films. Il les répertorie également, effectue un travail méticuleux et très précieux d’archivage. C’est aussi lui le projectionniste de la cinémathèque.

Vous l’avez compris, Julien est multicasquette et c’est un passionné. Il m’a expliqué, avec beaucoup de patience et de pédagogie, comment fonctionnaient les systèmes de projection d’antan. Les progrès sont fulgurants, et dès les années 30, de très belles machines sont mises sur le marché. Bien sûr, projeter un film est encore réservé à une élite. Tout le monde n’a pas un Pathé Baby au pied du sapin….

Nous sommes également passés faire un coucou à Laurent Ballester, chargé des collections non-films. C’est lui qui s’occupe de tout ce qui ne concerne pas l’écran… Et il en a du travail ! Documents spécialisés, pressbook, affiches, photos d’exploitation de films… Tout est classé et rangé. Et bien entendu conservé avec soin car certains documents nécessitent des paramètres de sauvegarde particuliers.

J’ai pu en savoir plus sur les principes de composition des affiches de cinéma, et sur leur valeur artistique. Lorsque les codes sont appris, il est intéressant de dater une affiche selon l’apparition ou non du nom des acteurs, du réalisateur ou des teintes de couleurs qui composent l’image.

La collection d’affiches de l’Institut Jean Vigo compte plus de 60 000 pièces. Elle constitue la 3eme plus importante collection d’affiches de cinéma de France ! Il est possible d’en admirer quelques-unes lors d’exposition d’affiches. Les formats peuvent être impressionnants et l’exposition « Le cinéma s’affiche en grand » en 2015 au palais des rois de Majorque de Perpignan, avait permise à plus de 40 000 personnes de découvrir les pépites de l’Institut Jean Vigo.

Restaurer et collecter

L’Institut Jean Vigo a un travail de mémoire. C’est peut-être à mon sens, sa mission la plus précieuse et la plus touchante. Les films amateurs sont collectés et peuvent être restaurés, moyennant ajout dans la collection de films. Images de paysage, témoignage de vie ou souvenirs de voyages l’Institut regorge de moments à pellicule.

Nettoyés, réparés et numérisés, ces films retrouvés, véritables témoins de l’histoire et des traditions du Languedoc-Roussillon, sont retournés aux déposants et donateurs sous format DVD avant d’intégrer une base de données.

Institut Jean Vigo

Enfin, toujours attentive à mon guide Julien Avet, j’ai pu voir une table de montage en marche. Le restaurateur regarde, corrige, répertorie les petits accros liés au temps. Comme il est également projectionniste, Julien sélectionne les films et vérifie leur qualité avant de les passer dans la salle de cinéma.

Travail de précision mais aussi d’expert, j’ai été soufflée par la diversité du travail.

Un grand merci à toute l’équipe de l’Institut Jean Vigo, particulièrement Dorothée Berthomieu, pour ce moment culturel incroyable et si enrichissant.

https://www.inst-jeanvigo.eu/https://www.inst-jeanvigo.eu/

Cinémathèque euro-régionale
Arsenal – 1 rue Jean Vielledent
66000 Perpignan

Publié par

Madame l'Amoureuse

Animatrice radio, rédactrice et formatrice réseaux sociaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s